Les bases de la Thérapie Quantique Informationnelle « TQI »

Les recherches scientifiques des cinquante dernières années ont fait évoluer les connaissances sur le fonctionnement psychologique et physique de l’être humain. La TQI en propose aujourd’hui une vision globale et nouvelle.

On sait, en effet, que l’être humain est constitué d’organes composés de cellules, elles-mêmes structurées de molécules et d’atomes. Quand on les mesure en laboratoire, ils peuvent apparaître, selon le protocole mis en œuvre, comme des ondes ou des particules. On peut ainsi considérer notre corps comme un ensemble d’atomes qui vibrent en permanence, sans que nous en ayons conscience. Quand notre corps est en bonne santé, toutes les cellules sont en équilibre électromagnétique et travaillent les unes avec les autres, en cohérence.

En cas de fatigue ou de maladie, l’examen microscopique montre que le fonctionnement de la structure de la cellule est altéré. Un déséquilibre énergétique apparaît. Nos organes, ou certains d’entre eux, ne réagissent plus normalement.

La maladie peut résulter de chocs physiques, émotionnels, transmis par l’hérédité ou vécus dans des situations personnelles, présentes ou passées ; ces chocs provoquent des ondes parasites qui absorbent l’énergie du corps et le fragilisent face aux événements extérieurs. La maladie peut aussi apparaître à l’état potentiel pendant la gestation, ou encore au cours du renouvellement des cellules.

La Thérapie Quantique Informationnelle a donc pour but de retrouver un fonctionnement énergétique équilibré qui s’exprime au travers du « champ vibratoire corporel » ; en quelque sorte, il s’agit de réharmoniser – en éliminant les ondes toxiques et parasites – les processus corporels qui sont à la base de notre capital santé. Les difficultés et les troubles disparaissent alors progressivement et la personne recouvre  énergie et capacité d’autoguérison.

Cette approche innovante prend essentiellement appui sur un ensemble de recherches dont le thérapeute peut s’inspirer pour une efficacité professionnelle accrue.

 « Je suis convaincu que la réalité que traitera la science future ne sera ni “psychique” ni “physique” mais qu’elle aura, d’une certaine façon, ces deux caractéristiques à la fois, tout en étant ni l’une ni l’autre ».
 Wolfgang Pauli, physicien quantique (1900-1958) – Prix Nobel 1945 – grand ami de C. G. Jung